Le bonheur : le télos de la philosophie

Épicure « La philosophie est une activité qui, par des discours et des raisonnements, nous procure la vie heureuse »

QU'EST-CE QUE LE BONHEUR ?

– Le bonheur est avant tout le but poursuivi par tout homme dès qu’il se donne une fin propre (Aristote : doctrine philosophique posant comme principe que le bonheur est le but de la vie humaine, l’eudémonisme)

  • Pascal « Tous les hommes recherchent d’être heureux … c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui vont se pendre »
  • travail => argent => acheter ce dont on a envie => être heureux 

– Un état de satisfaction totale, durable et stable de plénitude (il n’y a pas de manque) et sérénité, un état agréable et équilibré de l’esprit et du corps

Kant : « le contentement de l’état où l’on se trouve pour autant qu’il se trouve accompagné de la certitude d’être durable« 

  • C’est un état de
    •  calme : les émotions sont des facteurs de perturbations
    • et d’harmonie
      • un équilibre global entre tous les plans de la vie : sensible, affectif, intellectuel, spirituel
  • Facile pour Épicure
  • Possible pour Spinoza & Montaigne
  • Difficile pour Rousseau et Pascal
  • Impossible pour Freud
    • l’homme est incapable de résister à ses désirs
  • Nietzsche : la recherche du bonheur est une fuite devant le tragique de la réalité
    • Il préférait l’expérience de la joie
  • Recherche du bonheur individuel suite à
    • L’effondrement des religions où le bonheur n’est pas sur Terre, agir juste pour l’obtenir au ciel
      • on ne croit plus en l’au-delà
    • L’effondrement du politique qui annonçait le paradis terrestre (e.g. marxisme)

– Le plaisir dans sa vie et aussi du sens

  • Il n’y a pas de bonheur sans plaisir, mais le plaisir ne suffit pas
  • il faut aussi une vie qui ait du sens
    • On oriente sa vie d’une manière profondément conforme à nos aspirations
  • et qui est  fondée sur la vérité
    • La philosophie nous aide à être lucide

– Il est subjectif : les contenus du bonheur diffèrent selon les individus (ce qui me rend heureux ne rend pas forcément heureux mon voisin)

  • Le bonheur est difficile à définir 
    • Kant « Le concept de bonheur est un concept si indéterminé [..] personne ne peut jamais dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il désire et veut »
  • Il n’est pas la valeur suprême pour tout le monde
    • Socrate : renonce au bonheur, préfère obéir aux lois de la cité même si elles sont mal appliquées (fuir serait trahir sa cité qui lui a permis de vivre)
    • Jésus : ne s’enfuit pas du jardin de Gethsémani, accepte d’aller au bout de son message et de mourir en croix
    • Nelson Mandela : a mis la justice au dessus de son bonheur personnel
    • Les résistants contre les nazis pendant la guerre

– Dépend de la qualité de nos relations affectives

– Être bien dans son corps (le bien-être)

– Avoir confiance en la vie, aimer la vie

– Est-ce que le bonheur est la totalité des satisfactions possibles ?

  • Si un désir demeure inassouvi, il nous fait souffrir et ruine notre bonheur ?
  • L’homme qui a « tout pour être heureux », mais à qui manque une seule chose, telle que la santé ou l’amour partagé ?
CE QUE LE BONHEUR N'EST PAS

– Pas le plaisir, e.g. manger qque chose que l’on aime, une discussion agréable avec un ami, qui sont des satisfactions fugaces et plus limités qui récompensent l’assouvissement d’un désir

  • Le plaisir est ambigu : peut amener ensuite du déplaisir
  • Pas la recherche des plaisirs non limités = la définition contemporaine du bonheur
    • pas une maximisation des plaisirs, un état de puissance, très grand émotionnellement
    • pas rechercher le maximum de pouvoir en vue de satisfaire tous ses désirs, afin de parvenir au bonheur, est parfaitement illusoire car plus notre pouvoir augmente, plus nos désirs s’accroissent…donc, plus grande est la quantité de désirs inassouvis, et aussi notre insatisfaction et notre souffrance
      • le désir peut-être comparé au « tonneau des Danaïdes »
  • Le plaisir ne dure pas, à l’inverse du bonheur qui est un état stable de sérénité et touche à une profondeur de l’être

– Pas de la souffrance, du stress, d’inquiétude et de trouble

  • C’est le refus du malheur, de la maladie, le goût du mieux-être

– Pas la possession d’objets (le matérialisme)

COMMENT ATTEINDRE LE BONHEUR ?

– C’est d’abord une décision : certains préfèrent la passion (exaltation) au bonheur (les Romantiques au XIXe)

  • Peut-on être heureux dans un monde malheureux ?
    • C’est un devoir d’être heureux car on élève toute l’humanité
      • Le bonheur est contagieux
        • un homme malheureux a tendance à plomber les autres autour de lui

Plus un résultat qu’un objectif : essayer de vivre le mieux possible de jours en jours, on est en chemin

Les nouvelles quêtes du bonheur

  • La recherche du bonheur est une nouveauté à partir de la Modernité
    • St Juste « le bonheur est une idée neuve en Europe« 
  • La redécouverte des philosophies de la sagesse chez les Anciens, stoïciens, épicuriens (le manuel d’Épictète), le retour au paganisme
    • L’épicurisme : la modération de ses désirs
    • Le stoïcisme :  le bon usage de sa volonté, dans la maîtrise de sa pensée et de ses opinions,  vouloir ce qui arrive pour être comblé, plier sa volonté à l’ordre de la nature (faire de nécessité vertu)
  • Les sagesses de l’orient (le bouddhisme, taoïsme – le « lâcher prise », les sagesses de vie)
  • Le développement personnel

– Être attentif à mémoriser les instants de plaisirs de la vie

Prévert « J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant »

  • être dans l’instant présent : le « carpe diem », l’attention, ici et maintenant (le « hic et nunc ») est la clé du bonheur dans la conscience
    • Voltaire « Le paradis terrestre est où je suis » 
    • pas la rumination du passé (les remords)

– Dépend de l’adéquation entre notre nature profonde et nos actes

  • Découvrir ce qui nous permet de nous épanouir le plus profondément, se réaliser, réaliser les aspirations les plus profondes en nous
    • Le sentiment naturel qu’éprouve la psyché humaine lorsqu’elle s’épanouit d’une manière intégrée
      • L’amour et l’être plutôt que la peur et l’avoir
      • Pour Spinoza, l’épanouissement procure de la joie qui est une augmentation de notre potentiel, de notre puissance d’agir
  • Être dans un état d’esprit qui permet de développer ce qui est le meilleur en nous
  • Faire une activité que l’on aime

C’est la qualité des relations avec les autres, lié à une forme d’altruisme, de lien, de communion avec les autres

Jésus « il y a plus de joie à donner qu’à recevoir »  

  • L’altruisme rend heureux, donner aux autres rend plus heureux que l’égoïsme froid
  • Spinoza :  » l’homme est un Dieu pour l’homme « 

– La connaissance des causes qui nous font agir nous libère des passions tristes, et nous mène à la béatitude (Spinoza)

  • Savoir que nous sommes déterminés (« l’homme n’est pas un empire dans un empire« )

– Nietzsche : dépasser l’humain (faisant du bonheur un but mesquin d’homme faible) pour inventer le “sur-humain”, l’homme fort, créateur de ses valeurs, acceptant de payer de grandes joies au prix de grandes peines, au lieu de rechercher un petit bonheur tranquille

  • Le bonheur est : « Le sentiment que la puissance croît, qu’une résistance est en voie d’être surmontée »
  • Créer ses propres valeurs (« Créer – voilà la délivrance de la souffrance, voilà ce qui rend la vie légère« )
LES OBSTACLES AU BONHEUR

– Les attentes et les désirs des uns et des autres étant contradictoires, si chacun ne recherchait que son propre bonheur, il en résulterait des conflits permanents, ce qui anéantirait toute chance de bonheur

  • L’égoïsme, une mauvaise relation aux autres

– La croissance économique ne peut contribuer au bonheur : la société de consommation, en satisfaisant sans cesse les besoins matériels, en génère automatiquement d’autres, provoquant ainsi une forme nouvelle d’aliénation

  • Le monde moderne est trop dans la quantité (l’avoir) et pas assez dans la qualité (l’être)

– Tout vouloir contrôler, la prévisibilité, l’ordre

  • lâcher prise, accompagner le mouvement de la vie, la flexibilité
    • accueillir la douleur alors elle sera moins forte, un apaisement

– Le bonheur ne dépend pas que de soi mais de celui de ceux qu’on aime et aussi de l’état du monde

  • La vie monacale dans le détachement des attachements sentimentaux (e.g. enfants, conjoint)
  • Le sage pratique le non-attachement (e.g. sentiments, biens matériels)

– Les romantiques du 19ème n’aiment pas le bonheur mais la passion, le spleen, la nostalgie, la tristesse

Actes des Apôtres

« Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir« 

Aristote

« L’homme est un animal politique » : l’humain ne peut se réaliser pleinement sans une vie de citoyen responsable dans la cité

Stoïcisme et bouddhisme 

Recherche du bonheur individuel pour que le bonheur ne dépende pas de l’extérieur

  • il dépend de notre état intérieur, de soi-même, d’un travail sur soi
    •  des exercices de sagesses pour parvenir à une sérénité intérieure
      • Lutter contre ses passions (acquérir une certaine la liberté intérieure)
    • on peut être heureux, même dans un monde malheureux

Maxime stoïcienne : Ne pas essayer d’ajuster le monde à l’ordre de nos désirs, mais ajuster nos désirs à l’ordre du monde

  • Dire oui à la vie, vivre dans le présent : « l’amor fati »
    • cesser d’être dans le passé ou dans le futur
      • sans les regrets, sans la nostalgie, sans les espoirs, sans l’espérance qui sont des illusions
Sénèque

« Vivre heureux, c’est ce que tout le monde veut, mais quand il s’agit de dire en quoi cela consiste, personne n’y voit clair »  : commencer par définir ce à quoi on aspire

« Le bonheur est un sentiment de sécurité et de constante tranquillité« 

Épicure

Absence ou diminution de la souffrance >>> une absence de troubles de l’esprit (ataraxie)

La satisfaction des désirs naturels et nécessaires (e.g. a sûreté, la santé, la sagesse et l’amitié) = la modération des désirs et des plaisirs

Consiste à vivre une vie vertueuse

Blaise Pascal 

« Tous les hommes recherchent d’être heureux … c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui vont se pendre »

LE PARI DE PASCAL « Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude; et votre nature a deux choses à fuir : l’erreur et la misère. Votre raison n’est pas plus blessée, en choisissant l’un que l’autre, puisqu’il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant choix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est, sans hésiter. »

Spinoza ("le prince des philosophes" Deleuze)

Tout organisme vivant fait un effort pour persévérer dans son être (le conatus), une lutte contre l’entropie

  • La joie est là lorsque nous accomplissons notre nature, nous nous réalisons, nous nous épanouissons, nous progressons (e.g. dans la connaissance)
    • Le désir est le moteur du changement, réglé par la raison, nous augmentons notre puissance d’agir, notre perfection 

« Notre suprême félicité ou béatitude consiste dans la seule connaissance de Dieu » Éthique

« Il est donc, dans la vie, utile au premier chef de parfaire l’intellect, autrement dit la raison, autant que nous pouvons, et c’est en cela que consiste pour l’homme la suprême félicité, autrement dit la béatitude » Éthique

«  l’homme est un Dieu pour l’homme  » Ethique

Kant

« Le concept de bonheur est un concept si indéterminé, que, malgré le désir qu’a tout homme d’arriver à être heureux, personne ne peut jamais dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il désire et veut [..] parce que le bonheur est un idéal non de la raison mais de l’imagination »

Voltaire

« Le paradis terrestre est où je suis »  : le bonheur n’est plus renvoyé dans un futur inaccessible et la souffrance est délégitimée comme finalité ultime de l’existence

Saint-Just 

« Que l’Europe apprenne que vous ne voulez plus un malheureux, ni un oppresseur sur le territoire français; que cet exemple fructifie sur la terre ; qu’il y propage l’amour des vertus et le bonheur ! Le bonheur est une idée neuve en Europe... » : inscription inédite du bonheur au registre des droits de l’homme, la justice elle-même doit désormais avoir partie liée avec l’obtention du bonheur,  le droit au bonheur pour tous, la volonté de faire du bonheur le séjour naturel du nouvel homme qui naît des décombres de l’Ancien Régime

Jeremy Bentham (utilitariste anglais)

« Le plus grand bonheur du plus grand nombre » : il s’agit de promouvoir le bien-être collectif

Nietzsche

Le bonheur est : « Le sentiment que la puissance croît, qu’une résistance est en voie d’être surmontée »

Rainer Maria Rilke

« le bonheur, ce bénéfice hâtivement perçu en prévision de pertes prochaines » : le bonheur n’est autre qu’une variable de l’inquiétude

Alain

« Le bonheur est une récompense qui vient à ceux qui ne l’on pas cherché« 

Prévert 

« J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant »

=================== CONFERENCES / MOOC / DOCUMENTATION =================

Support Bonheur & Psychologie Positive du 13 octobre 2018 >>> Cafe Psy Bonheur & Amour 13 oct 2018

Propos sur le bonheur d’Alain >>> https://biblio.wiki/wiki/Propos_sur_le_bonheur

Le bonheur selon Spinoza >>> https://www.franceculture.fr/emissions/les-racines-du-ciel/le-bonheur-selon-spinoza

« Du bonheur » par Frédéric Lenoir >>> https://www.youtube.com/watch?v=K8DECD8kK94

Cœur de cristal >>> https://www.youtube.com/watch?v=-DLDVIwJjLo

Il était une foi… En quête de sens  >>> https://www.youtube.com/watch?v=YUjfNIs7Pu

Le bonheur, quête accessible ou pure illusion ? >>> https://www.youtube.com/watch?v=ZF0KjSM6rno

Le bonheur ! Comment ? De quel droit ?  >>> http://philovive.fr/?2009/01/26/134-le-bonheur-cours

Peut-on apprendre à vivre heureux? >>> https://www.franceculture.fr/emissions/science-publique/peut-apprendre-vivre-heureux